La famille des Salésiens d’Haïti compte soixante-douze (72) religieux travaillant dans dix (10) communautés à travers tout le pays ; exit de cette liste l’œuvre de Fonds-Parisien étant gérée par les Salésiens coopérateurs. Ils sont quatre-vingts un (81), les Salésiens coopérateurs, fournissant chaque jour leur quote-part à l’édification continue de l’œuvre Salésienne en Haïti ;  et à la propagation du message de  Don Bosco axé fondamentalement sur l’amour de l’autre, plus particulièrement les démunis.

La famille salésienne est constituée aussi de tous ceux et de toutes celles qui, dans les écoles et centres de formation professionnelle, aident les enfants et les jeunes à donner sens à leur vie via une éducation de base ou l’apprentissage d’un métier. On peut dire autant pour les coopérateurs étrangers et de toute autre personne apportant une pierre – la plus petite qu’elle soit –  à la construction, sans arrêt, de cette œuvre.

Liens de l’unité

Dieu nous appelle à vivre en communauté, en nous confiant des frères à aimer.

La charité fraternelle, la mission apostolique et la pratique des conseils évangéliques sont les liens qui façonnent notre unité et renforcent sans cesse notre communion.

Nous formons ainsi un seul cœur et une seule âme pour aimer et servir Dieu et pour nous aider les uns les autres.(Constitutions de la Société de Saint de Sales, art. 50)

La communauté locale

La communauté locale se compose de confrères qui habitent une maison légitimement érigée, y mènent la vie commune en unité d’esprit sous l’autorité du supérieur, travaillant en coresponsabilité à la mission apostolique.(Constitutions de la Société de Saint de Sales, art. 175)

Les Cayes

Les SDB se sont établis dans la ville des Cayes depuis 1982. Dix (10) ans plus tard (1992), une communauté y a été officiellement constituée sous le nom de Bienheureux Michel Rua.

Personne de contact:

Adresse :

  • Centre Diocésain des Arts et Métiers (CEDAM), Bergeau, Evêché des Cayes.

Secteurs d’action:

  • Ecole de  formation professionnelle baptisée Centre Diocésain des Arts et Métiers (CEDAM) qui forme plus de cent-quarante (140) jeunes garçons en Maçonnerie, Mécanique Auto,  Ebénisterie et en Electricité. Y sont formées également une soixantaine de jeunes filles en Arts ménagers (Coupe/Couture, broderie, décoration, français, religion).
  • Patronage et Centre de jeunes : Généralement, ce centre accueille 200 jeunes (moitié filles, moitié garçons). Dans le courant de l’année, de vendredi à dimanche, ils investissent le centre pour le catéchisme, et s’amuser par la suite. Ils y restent jusqu’à l’après-midi. Durant les vacances d’été, de grandes activités d’animation juvénile sont organisées dans le centre; très souvent le nombre de participants  touche la barre des trois cents (300).

Gonaïves

La présence salésienne aux Gonaïves date de 2007. La congrégation a été  invitée, à l’époque, par l’évêque de ce diocèse à venir administrer le Centre de Formation Professionnelle Cardinal Keeler, du nom de ce monseigneur bienfaiteur  de Baltimore. La communauté existe sous le nom de Saint Jean Bosco.

Personne de contact :

Adresse :

  • Centre Cardinal Keeler,  Avenue Lumane Casimir, Bigot, entrée des Gonaïves.

Secteurs d’action:

  • Le Centre de formation professionnelle : Grace à la générosité de l’évêque Cardinal Keeler de Baltimore (USA), au dévouement du Mgr Emmanuel Constant cette école a ouvert ses portes en 2007, mais les locaux étaient déjà sortis de terre trois années auparavant.  La première promotion composée d’environ 300 jeunes étaient formés en : Arts ménagers, Agriculture, Electricité, Ebénisterie, Mécanique Auto, Maçonnerie, Santé communautaire, Informatique bureautique et en Comptabilité informatisée. Après une période de dysfonctionnement, le Centre a repris ses activités en 2011 avec 5 ateliers.
  • Patronage et Centre de jeunes : Chaque année, durant les grandes vacances, et pour un mois, la communauté SDB des Gonaïves accueille près de sept cents (700) jeunes.  Au moins vingt (20) moniteurs les accompagnent généralement pour des activités sportives, culturelles et la catéchèse. Tout au cours de l’année, et tous les week-ends des dizaines de jeunes prennent part à ce genre d’activités.
  • Installations : Constructions abritant les ateliers et les classes professionnelles, Salles pour la classe informatique et le cyber café, Bâtiment administratif, Terrains de basketball et de football,  Résidence de la Communauté.

Cap-Haïtien

L’arrivée des SDB au Cap-Haïtien date de 1955. Ils ont été reprendre la direction, à la demande de l’Etat haïtien, de la Maison Populaire d’Education communément appelée Fondation Vincent (référence faite à Saint-Vincent de Paul) qui commença à fonctionner 20 ans auparavant.  La congrégation a été constituée sous le nom de Marie Auxiliatrice.

Personnes de contact :

Adresse

  • Maison Populaire d’Education, Salésiens Cap-Haitien B.P. 71

Secteurs d’action :

  • Au Cap-Haitien, les SDB administrent une Ecole fondamentale  (1er et 2e cycles) avec un effectif de 800 garçons. L’école fonctionne en double vacation. Elle existe depuis 1955. Ils administrent également une Ecole Technique d’Agriculture accueillant 140 jeunes venant de tout le pays ; un Centre de Formation Professionnelle accueillant 200 jeunes qui sont formés en Electricité, Mécanique Auto, Soudure, Coupe/Couture, Ebénisterie, Maçonnerie. Le Centre dispose de 6 ateliers spécialisés. La communauté salésienne du Cap gère aussi une Maison d’Accueil pour enfants en situation difficile. Ils sont à peu près cent (100) qui viennent chaque jour à la Maison pour s’instruire et se nourrir ; vingt-cinq(25) autres sont gardés à l’internat. Ces derniers vivaient dans les rues et n’ont pas de familles. De plus la communauté œuvre au fonctionnement : d’une Ecole informatique, d’un Cybercafé,  d’un Laboratoire de langues et d’une Imprimerie.
  • Patronage et Centre de jeunes : Tous les week-ends, des centaines de jeunes participent au patronage qui rassemble des activités culturelles et sportives. La participation est beaucoup plus importante durant les grandes vacances.
  • Installations: Le bâtiment logeant l’Ecole fondamentale contient 10 salles. L’Ecole Technique d’Agriculture dispose de 3 salles pour les cours et d’une salle informatique ;  de deux internat, un pour les filles et l’autre pour les garçons. Pour le  Centre professionnel, il faut compter les salles de cours de base, les 4 consacrées aux ateliers et la salle de travail des étudiantes en Arts ménagers. Le local de Lakay termine la liste. La communauté dispose d’un terrain de football et tout naturellement de sa Résidence.

Carrefour (Thorland)

Les SDB se sont installés à Carrefour en 1981, mais la communauté a été officiellement instituée en 1992. Le projet des pionniers était de s’installer plus près des gens vivant dans cette agglomération pour une meilleure communication du message de fraternité de Don Bosco.

Personnes de contact :

Adresse :

  • Cote-Plage 16, Thorland, Carrefour, Haïti

Secteurs d’action de cette communauté :

  • A coté du Pré-noviciat, les SDB de Thorland font fonctionner la Maison des Jeunes offrant une formation axée sur le développement humain et la vie chrétienne. Plusieurs groupes y animent les activités: chant, danse,  théâtre,  mimes pour la messe, arts, prévention écologique, etc. Ces structures ont pour mission d’aider les jeunes à développer leurs talents ; leur donner d’autres  préoccupations tout en établissant entre eux un cadre social de rencontre et de partage. La communauté de Thorland s’adonne également à la formation pour les groupes religieux, culturels et les associations d’agriculteurs. Elle organise les jeux nationaux de Don Bosco.

Gressier

La communauté de Gressier est constituée depuis 2002.

Personne de contact :

Adresse :

  • Centre Don Bosco – Riobé, Bois Lasalle, Gressier

Secteurs d’action :

  • Les SDB de Gressier assurent la gestion d’un Collège accueillant des enfants et des jeunes pour le primaire et le secondaire ; ils sont plus de trois cents (300).  Plus d’une quarantaine d’entre eux sont logés à l’internat. Des élèves de l’établissement suivent des cours dans le cadre du programme de jardin scolaire. Ils reçoivent une formation de base en culture maraichère et sur l’environnement. Les élèves sont également initiés à des activités sportives, à l’informatique et à la musique.
  • Installations: Le Centre Educatif  Don Bosco de Gressier, un complexe réunissant une Ecole Fondamentale, un Collège et un Internat, est en phase d’achèvement. Il couvre une superficie de sept mille mètres carrés (7000 m²). Le Collège fonctionne  pour l’instant sous des tentes. Les élèves disposent d’un terrain de jeu et la communauté de sa Résidence.

Pétion-Ville

En termes d’ancienneté, la communauté des SDB de Pétion-Ville occupe la troisième place, derrière Port-au-Prince suivi de Cap-Haitien. En 1951, seulement, un an après sa création, la communauté a reçu de Rome l’autorisation pour s’établir dans cette commune. Comme c’est la règle dans la congrégation, les SDB de Pétion-Ville s’intéressent avant tout à l’éducation.

Personne de contact :

Adresse :

  • 34, Rue Lambert, Pétion-ville, Haïti

Secteurs d’action :

  • A Pétion-Ville, les SDB administrent l’Ecole Primaire Dominique Savio (EPDOSA) accueillant plus de huit cent cinquante (850) garçons de 6 à 12 ans, le Collège  Dominique Savio (CODOSA) accueillant plus de cinq cents (500) jeunes (filles et garçons). Ils ont en charge également le Centre d’Alphabétisation Père Arthur Volel avec cent cinquante (150) inscrits et la Maison d’accueil  pour enfants de rue Timkatec avec près de quatre cent cinquante (450) enfants (filles et garçons). Certains dorment au centre, d’autres pas. Les garçons sont formés en Electricité, Plomberie, Ebénisterie ; les filles en Couture, Cuisine et Cosmétologie.

Port-au-Prince / ENAM

La communauté salésienne de Port-au-Prince est la première de la congrégation en Haïti. Les Filles de Marie Auxiliatrice communément appelées en Haïti  « Salésiennes » se sont établies dans le quartier La Saline en 1935 pour s’occuper des enfants démunis. Une année plus tars, soit en 1936, la communauté a été officiellement constituée.

Personnes de contact :

Adresse :

  • Ecole Nationale des Arts et Métiers (ENAM), Bvld Jean Jacques Dessalines (Salésiens), Port-au-Prince, Haïti, B.P. 1542

Secteurs d’action :

  • L’éducation et l’assistance sociale aux jeunes défavorisées. Depuis 1936, les SDB gèrent l’Ecole Nationale des Arts et Métiers (ENAM) donnant des cours en Electricité, Mécanique auto, Maintenance industrielle et l’Hôtellerie. Certains cours se donnent suivant un cycle court ou un cycle long.  L’effectif avoisine les cinq cents (500) étudiants. Avec le même sérieux, les SDB administrent une Ecole de formation d’enseignants  et l’œuvre des Petites Ecoles du Père Bohnen (OPEPB). 17000 (dix-sept mille) enfants (filles et garçons) font partie de ce réseau de petites écoles. Ils ont droit, au moins à un repas chaud par jour.
  • Lakay et Lakou, les deux centres de réinsertion sociale aident des jeunes à faire ou  refaire leur vie (suivant le cas). Le Lakou accueille près de quatre cents (400) enfants et jeunes. Lakay reçoit 150 de 14 à 18 ans.

Tabarre – Fleuriot

La communauté de Fleuriot a été fondée en 1994. En 1995, elle a été reconnue officiellement. Elle s’investit fondamentalement dans le Post-Noviciat et le Patronage.

Personne de contact :

Adresse :

  • Salésiens de Fleuriot, Impasse Audain, Fleuriot – Tabarre 38, Haïti

Secteurs d’action:

  • Avec l’Institut de Philosophie Saint-François de sales, la communauté de Fleuriot prépare les ouvriers pour l’œuvre salésienne en Haïti, mais aussi pour d’autres congrégations en les introduisant à la philosophie tout en leur donnant une formation religieuse.
  • Les SDB de Fleuriot s’activent dans le patronage.

Fort-Liberté

L’établissement des Salésiens à Fort-Liberté remonte à 2002.  En 2006, soit quatre années plus tard, la communauté salésienne a été officiellement constituée sous le nom de Saint Jean Bosco.

Personne de contact :

Adresse :

  • Salésiens de Fort-Liberté, Sicart-Entrée de Fort-Liberté

Secteurs d’action:

  • Les SDB de Fort-Liberté ont en charge une Ecole fondamentale de 1er, 2e et 3e cycles. Plus de cent soixante-dix (170) enfants – filles et garçons – fréquentent cette école. Le Centre professionnel reçoit  environ cent cinquante (150) jeunes pour une formation en Mécanique, Plomberie, Ebénisterie, Maçonnerie, Electricité et Construction Métallique. L’Ecole Normale fondamentale n’accueille pas plus que cent (100) jeunes. Les Ecoles d’Infirmières et de Secrétariat, respectivement, ont pour effectif cent soixante (160) et trente (30) jeunes. Elles sont mixtes. Le Centre d’animation juvénile fonctionnant en week-end  donne par ailleurs des cours d’anglais et d’informatique.

Fleuriot – Maison Provinciale

Tabarre 38, Impasse Audain, Fleuriot B.P. 13233 Delmas
Tabarre, Haïti Tel. : (509) 3228-4920
E-mails : sdbhaiti@yahoo.fr et sdbmaisonprovinciale@salesienshaiti.org

Fondation Rinaldi

E-mail : fondation.rinaldi@gmail.com
Tél. : (509) 2940-0992 / (509) 2811-0992

  • P. Victor AUGUSTE,
    Directeur – administrateur – Assistant directeur Fondation Rinaldi
  • P. Jacques CHARLES
    Econome provincial – Directeur de la Fondation Rinaldi
  • P. Hector PASCAL
    Responsable des anciens élèves – confesseur
  • P. Jean-Paul MÉSIDOR
    Provincial

Présence à Drouillard

E-mail: sdbcitesoleil@salesienshaiti.org

  • P. Jean Sylvain JEANNOT
    Curé de la paroisse de Cité Soleil – conseiller provincial – délégué famille salésienne
  • P. Withney JEAN BAPTISTE
    Vicaire paroissiale – Délégué de la pastorale des jeunes
  • D. Wilkenson MOÏSE
    Exercice du diaconat – Aide catéchèse et aide pastorale des jeunes

Fonds-Parisien

L’œuvre de Fonds-Parisien a été fondée en 1995. Il s’agit d’une école fondamentale gérée par les Salésiens coopérateurs.

Personne de contact :

Secteurs d’actions:

  • L’œuvre est totalement dédiée à l’éducation des enfants. L’Ecole Saint-Jean Bosco de Fonds-Parisien a un effectif de plus de 220 élèves repartis, à peu de chose près, également entre filles et garçons. De ce nombre, il faut compter une cinquantaine d’enfants en domesticité fréquentant l’école dans l’après-midi.